<
You are here : HOME > LIBRARY >

Les écoles de demain : un mouvement de rattrapage impressionnant

La situation des bâtiments scolaires sur le terrain est effarante et est la conséquence d’une décennie de négligence, une situation à laquelle le manque chronique d’argent n’est pas étranger. Non seulement les bâtiments scolaires ne répondent plus aux besoins du nouvel enseignement de ce XXIe siècle, mais depuis 2010 un problème de capacité s’y ajoute, spécifiquement dans les zones métropolitaines, et en premier lieu dans l’enseignement maternel.


Actuellement, 60 % des bâtiments scolaires ont plus de 40 ans, 30 % ont même plus de 60 ans et 20 % du patrimoine existant n’est plus satisfaisant. Un patrimoine vétuste aussi désespérant exerce une influence catastrophique sur les prestations énergétiques. Pire même, plus les bâtiments sont vieux, moins ils sont durables. Et cela dépasse les seuls coûts énergétiques. La localisation de l’école doit idéalement être adaptée à la problématique de la mobilité. Et en ouvrant les bâtiments scolaires au public, une contribution importante à la durabilisation est possible. Heureusement, l’enseignement bénéficie d’une meilleure image que les bâtiments scolaires dans lesquels il est délivré !

« Scholen van morgen »
En 2006, les pouvoirs publics de la communauté néerlandophone ont décidé de procéder à un grand mouvement de rattrapage dans le secteur du patrimoine immobilier utilisé dans l’enseignement. L’opération aurait dû être achevée en 2017, mais durera jusqu’en 2018. Sont concernés : plus de 300 bâtiments scolaires pour des utilisateurs âgés de 6 à 18 ans, dont la superficie de totalise près de 2,5 millions de m2.

En 2010, la décision tombe concernant les partenaires qui allaient devoir réaliser cette manœuvre de rattrapage impressionnante. Le choix s’est porté sur un Partenariat-Public-Privé. « Du côté privé, citons FScholen nv, comprenant BNP Paribas Fortis et AG Real Estate, une filiale à 100 % d’AG Insurance », explique Philippe Monserez, responsable d’AG Real Estate et directeur du programme « Scholen van morgen ». « Avec une part équivalente, on trouve du côté public School Invest nv, qui réunit PMV (société d’investissement flamande) et Agro dans une proportion 50/50. »

Le financement de ce mégaprojet via PPP est basé sur le paiement d’une indemnité de mise à disposition sur une période de 30 ans calculée sur la base de la formule DBFM. L’entretien – préventif et correctif pour garder les bâtiments en état par l’entretien et des travaux de réparation là où c’est nécessaire – a été budgété à 355 millions. Une indemnité de disponibilité nette par mètre carré est calculée par école. Un système de reporting a été adopté ; il s’appuie nécessairement sur la norme néerlandaise NEN 2767. Les rapports sont présentés mensuellement, trimestriellement, semestriellement et annuellement.

Read more.
Download the PDF file of the report.


Download PDF File  Download PDF File 



 | 15-01-15



back

News in short
Quilvest makes first Belgian investment | 19/11
Belfius revient avec une nouvelle fournée de « Smart Awards » | 13/9
Le Guide Bâtiment Durable fait peau neuve | 11/3
Des éoliennes en pleine ville et à ras du sol | 6/1
Location et vacance toutes deux en baisse selon JLL | 21/10